Webdocumentaires, oeuvres multimédia et interactives


Elle n’aura tenu qu’à un fil — L’Atlantide rattrapée par les cheveux…selon Alain Ribardière — cette histoire de violon populaire créée a posteriori par ceux qui l’ont recherchée et réinterprétée !
Probablement née au cours des dernières lueurs du XVIIIe siècle en Massif Central, comme dans d’autres régions en France avec des destins variables, la musique de ce violon populaire se sera essentiellement élaborée durant une période centrale allant de 1880 à 1930, principalement au cœur des espaces montagneux du centre-ouest du Massif (Corrèze, Cantal, Puy-de-Dôme, Haute-Loire).
C’est au tout début des années 1970, faisant suite à un oubli progressif étalé sur une trentaine d’années, que le courant folk de l’époque redécouvrira ces pratiques oubliées, d’abord marginalement puis beaucoup plus massivement aux cours de nombreuses recherches opérées dans la décennie des années 75-85 auprès de ses derniers témoins praticiens mais aussi des danseurs et des publics. Aujourd’hui ce répertoire de violon est la tradition instrumentale la plus importante du Centre de la France d’une musique qui aura sans doute compté largement plus d’un millier de pratiquants depuis sa création.
L’histoire que nous allons raconter prendra appui sur les parcours et les pratiques d’un certain nombre de ces musiciens-chercheurs des années 1970 qui ont fait le lien entre les derniers violoneux de village et le milieu contemporain du violon populaire du Massif Central.

#webdocumentaire

Suivez-nous...